Vivre normalement avec une angine de poitrine

L’angine de poitrine encore appelée angor dans le domaine médical n’est pas considérée comme une maladie, mais comme un ensemble de symptômes qui tendent à provoquer une douleur thoracique (sensation de serrement, de pression au niveau de la poitrine).

Cette douleur peut au-delà de la poitrine, se manifester au niveau de l’épaule, des bras, des poignets, du dos, du cou, de la mâchoire inférieure.

Elle est liée à un durcissement, un épaississement des artères qui finissent par se rétrécir au fil du temps dû à l’âge, et au développement d’un taux de cholestérol élevé en raison d’une alimentation trop concentrée en lipides.

Le sang a ainsi du mal à circuler et à communiquer avec les autres organes, ce qui empêche principalement au cœur de recevoir l’oxygène nécessaire à son fonctionnement.

Facteurs déclencheurs de l’angine de poitrine

Des facteurs très divers peuvent être à l’origine de ce mal, mais très souvent elle survient :

  • après un effort physique
  • après avoir mangé copieusement (sensation d’indigestion)
  • après avoir consommé de l’alcool ou fumé
  • lorsque le temps prévoit d’être froid, venteux, ou chaud
  • si l’on ressent de fortes émotions (suite à un cauchemar pendant son sommeil par exemple), ou un stress intense.

Il est alors possible de vivre normalement avec une angine de poitrine, si ces facteurs surviennent, car l’angor est décrit dans ce cas-là comme étant stable : les crises apparaissent à des moments bien déterminés, elles sont de courte durée (varient entre 3 à 5 minutes) et s’estompent après la prise de médicaments à base de trinitrine ou une période de repos.

Si au contraire, l’angine qui affecte la poitrine survient pendant une période de repos, ou que la crise dure plus de 15 minutes, l’angor sera décrit comme étant instable, il faudra à ce moment-là, consulter au plus vite, car un infarctus du myocarde peut se développer.

Un infarctus de myocarde correspond à un amas de cholestérol qui bouche l’artère et forme par la suite, un caillot de sang. Différents examens et traitements adaptés peuvent arriver à contrôler son apparition. Vivre normalement avec une angine dite instable n’est donc pas moins plausible que celle dite stable, une fois qu’elle est maitrisée et que le traitement est suivi correctement.

Soigner l’angine de poitrine

En revanche, pour soigner une angine de poitrine dite stable, on prescrit principalement des bêtabloquants pour que le cœur ralentisse et demande de ce fait, moins d’oxygène, de l’aspirine qui va favoriser une meilleure circulation du sang, des statines pour faire évacuer le mauvais cholestérol, et des inhibiteurs calciques pour faire baisser la tension.

Mais à ces prescriptions pourront s’ajouter des médicaments à base de nitroglycérine pour augmenter la dose d’oxygène à destination du cœur sous forme de vaporisateur (soulagement rapide pendant une crise d’angine) en comprimés ou en timbre (prévention d’une crise d’angine).

Il est essentiel à côté du traitement, de penser à modifier son hygiène de vie : c’est la condition nécessaire pour pouvoir faire face à la situation, afin de vivre normalement avec une angine du genre.

Sur ce, il est préconisé de contrôler sa pression artérielle régulièrement à l’aide d’un appareil d’auto-mesure, d’arrêter de fumer définitivement en optant pour des gommes à mâcher ou des patchs, d’avoir une alimentation saine et équilibrée, pauvre en lipides (principalement pauvre en lipides saturés, que sont les graisses animales) en vue de baisser son taux de cholestérol, et de perdre du poids en cas d’obésité, de modérer la consommation d’alcool et de pratiquer une activité physique régulière conseillée par votre médecin (promenade, vélo, yoga, etc.).

Faire de l’exercice a plusieurs effets positifs sur l’organisme : cela permettra notamment de diminuer l’intensité du stress, de baisser le taux de cholestérol et de glycémie en cas de diabète.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.